NEISVAC : Posologie et effets secondaires

Grâce au développement de la science, le monde a connu une véritable avancée sur tous les plans. S’il y a bien des avancées qu’il faut véritablement saluer, ce sont celles effectuées dans le domaine de la santé. Face aux dysfonctionnements, infections et pathologies, trouver des remèdes s’avère nécessaire. Il vaut mieux prévenir que guérir, ce précepte reste immuable. C’est pour cela que les chercheurs ont inventé et continuent de mettre au goût du jour des vaccins. Parmi les vaccins utilisés, on retrouve NEISVAC. Qu’est-ce que c’est ? Comment l’utiliser et quels sont ses effets secondaires ? Des réponses sont proposées dans cet article.

Présentation de NEISVAC

NEISVAC est un vaccin qui agit contre la méningite et les infections qui en découlent. Parmi ces dernières, il y a celles du sang, causées par les bactéries méningocoque appartenant à la souche C (Neisseria Meningitidis). Ce vaccin appartient à la classe des médicaments inertes et des polyosidiques conjugués. Il est une suspension de 0,5 ml contenue dans une seringue préalablement remplie. La seringue est dotée d’un couvercle et d’un bouchon en caoutchouc bromobutyle. On retrouve NEISVAC dans des boîtes de 1, 10 ou 20. Il peut être utilisé afin d’immuniser les personnes à partir de l’âge de 2 mois. Ce vaccin doit être utilisé par un agent de santé maitrisant les recommandations du HCSP (Haut Conseil de la Santé Publique).

Posologie de NEISVAC

NEISVAC doit s’administrer par voie intramusculaire, par injection. Il est conseillé de faire cette injection dans la partie antérolatérale de la cuisse chez le nourrisson et chez les autres sujets dans la partie deltoïdienne. Nous rappelons qu’il s’agit d’un vaccin. Il ne doit pas être utilisé comme les médicaments que nous avons l’habitude de prendre. D’ailleurs, aucun médicament ne devrait être utilisé sans l’avis d’un médecin, sauf ceux génériques en vente libre. Avec de nombreux vaccins, il existe une forme pour la primovaccination et une autre utilisée comme dose de rappel. Mais dans le cas de NEISVAC, c’est le même vaccin qui est utilisé.

Pour les nourrissons entre 2 et 4 mois, il faut administrer une première dose de 0,5 ml, puis attendre un mois pour administrer une seconde dose de 0,5 ml. Il faut donc une dose de 1 ml pour les nourrissons ayant 2 à 4 mois. La dose de rappel sera injectée lorsque le bébé aura entre 12 et 14 mois. Il est important de rappeler qu’il y a dose de rappel lorsqu’il y a primovaccination.

S’il s’agit d’un nourrisson de plus de 4 mois, des enfants, des adolescents et des adultes il faut une dose unique de 0,5 ml. Pour l’heure, il est établi qu’il n’y aucun besoin de dose de rappel pour les sujets ayant au moins 12 mois lors de la primovaccination.

Effets secondaires de NEISVAC

Malheureusement ou heureusement, nous n’avons pas tous la même réaction face aux médicaments. Plus de 1 % des gens ayant pris NEISVAC ont signalé quelques effets secondaires qui y sont liés. La bonne nouvelle, c’est que ces effets peuvent être soignés. Ils disparaissent d’eux-mêmes parfois. Après la prise de NEISVAC, vous pouvez avoir une diarrhée (plus chez les nourrissons et les enfants), de la fièvre, des céphalées, de la nausée, de la somnolence, des pertes d’appétit. De même, vous pouvez ressentir un endolorissement de vos muscles et des douleurs au niveau de la zone d’injection. Toujours au niveau de cette dernière, vous pouvez constater une rougeur et/ou une enflure.

Lorsque vous constatez l’un de ces effets, adressez-vous à un médecin.

Enthésopathie : Qu’est-ce que c’est ? Comment la soigner ?

Vous entendez parler de l’enthésopathie et vous vous demandez ce que c’est. Vous en souffrez peut-être et vous aimeriez savoir comment en guérir. Cet article est écrit pour vous.

Qu’est-ce que l’enthésopathie ?

L’enthésopathie est une maladie qui se caractérise par des douleurs au niveau de l’insertion des tendons. Elle touche le genou, la hanche, le coude, l’épaule, le pied ou encore le tendon d’Achille. Deux sortes d’enthésopathie sont distinguées. Il s’agit de l’enthésopathie mécanique (enthésopathie calcifiante) et l’enthésopathie inflammatoire.

L’enthésopathie mécanique est liée à un traumatisme ou à la pratique d’une activité physique intense. Elle survient principalement chez les sportifs amateurs (coureurs à pied, cyclistes…) ou chez des professionnels effectuant des gestes répétitifs au quotidien. Elle provoque des douleurs qui se manifestent au niveau :

  • de l’arrière du pied, dans la zone du tendon d’Achille, qui fixe le muscle du mollet à l’os du talon (enthésopathie calcanéenne)
  • de la rotule
  • de l’arrière de la cuisse (enthésopathie des ischio-jambiers) ;
  • du coude
  • de l’épaule, etc.

L’enthésopathie inflammatoire, quant à elle,  se caractérise par une atteinte inflammatoire de l’enthèse, on parle alors d’« enthésite ». Elle est reconnaissable par :

  • la spondylarthrite ankylosante qui atteint principalement les vertèbres et l’articulation entre le sacrum (à l’extrémité de la colonne vertébrale) et les os iliaques. Elle touche parfois également l’épaule, le genou…
  • le rhumatisme psoriasique qui se manifeste dans un premier temps par des douleurs au niveau de la nuque. Il provoque un gonflement au niveau des doigts (les caractéristiques « doigts en saucisse ») en raison de l’atteinte de l’enthèse de la capsule articulaire des phalanges ;
  • les rhumatismes observés au cours de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (rectocolite ulcéro-hémorragique et maladie de Crohn).

Comment se soigne l’enthésopathie ?

Pour soigner l’enthésopathie, on fait recours à plusieurs solutions comme :

  • le traitement aux ondes de choc radiales
  • les massages profonds effectués par un kinésithérapeute
  • la cryothérapie (traitement par le froid) ou l’utilisation d’ultra-sons et de laser
  • l’application de la glace enveloppée dans un linge et l’insertion de talon pour ceux qui souffrent de la fasciite plantaire
  • des traitements médicamenteux : votre médecin vous prescrira probablement des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Les AINS aident à soulager la douleur et l’inflammation.

Aussi, des étirements musculaires du mollet peuvent aider à soulager la douleur causée par l’enthésopathie du tendon d’Achille. Pour ce faire, collez vos deux mains à un mur, étendez votre jambe derrière vous et pliez le pied. Par ailleurs, le changement du style de vie s’impose si votre enthésopathie est causée par une activité excessive. La chirurgie est généralement considérée comme le dernier recours.

Chondropathie fémoro-patellaire : Comment la prévenir ?

Les pathologies qui touchent le cartilage humain constituent un sérieux problème de santé pour les sportifs et pour les personnes âgées. La chondropathie est l’une de ces pathologies qui s’attaque au genou. Elle peut être rotulienne ou feromo-patellaire. Ces types deux pathologies touchent la rotule du genou et se différencient par les symptômes que présente le patient. Qu’est-ce-que la chondropathie féromo-patelaire ? Quelles sont ses causes ? Comment la prévenir ? Que doit faire un patient souffrant de cette pathologie ? Trouvez les réponses dans cet article.

Chondropathie féromo-patellaire : définition

La chondropathie est une maladie qui s’attaque au genou et pouvant conduire à la dégradation du cartilage de ce dernier. La chondropathie féromo-patellaire désigne les douleurs du genou causées par des lésions au niveau du fémur. Certains signes permettent de situer la chondropathie rotulienne par rapport à celle feromo-patellaire. Les douleurs sont juste intenses lorsque vous êtes accroupis ou pendant un exercice sportif peu intense. La chondropathie féromo-patellaire fait plus souffrir le patient car cette dernière lui inflige des douleurs de plus en plus atroces. Certains patients malades ressentent des craquements de l’articulation pouvant entraîner le blocage de la rotule. Les patients souffrant de l’arthrose sont les plus prédisposés à souffrir de la chondropathie féromo-patellaire. On parle parfois d’arthrose fémoro-patellaire.

Causes de la chondropathie féromo-patellaire

Les causes de cette pathologie sont nombreuses. La pratique intense du sport et mauvaise posture de la rotule ou des jambes en sont les principales. La sur-utilisation des jambes, le surpoids et la maintenance des genoux pliés pendant un temps suffisamment long sont également des causes probables de la chlondropathie féromo-patellaire. Une arthrose qui s’est aggravée ou une blessure de genou mal sont aussi des facteurs de risques.

Comment prévenir la chondropathie feromo-patellaire ?

La prévention est le meilleur moyen pour éviter une pathologie. Ainsi, pour se préserver de la chlodronpathie féromo-patellaire, vous devez commencer d’abord par changer certaines de vos habitudes. Vous pourriez éviter les accroupissements de longue durée, l’utilisation excessive de vos jambes pendant certaines activités ou exercices sportifs. Vous pourriez également éviter d’adopter les mauvaises postures des jambes et de la rotule.

Par ailleurs, lorsque que vous souffrez de certains maux de la jambe, vous devez impérativement éviter certains sports comme la course de relais, le basket-ball et aussi le football. Vous devez éviter également la montée excessive des escaliers. En cas de blessure au niveau du genou, il faut se rendre à l’hôpital pour faire la radio et vite prendre les précautions qui s’imposeront. Plus vite vous agissez et moins sont les conséquences.

Comment traiter la chondropathie féromo-patellaire ?

Il est parfois impossible d’éviter ce mal chez certains patients qui sont nés avec des problèmes de malformations. Dans ces cas, on peut pratiquer l’ostéopathie ou faire du vélo sans résistance. La rééducation est l’un des meilleurs traitements capables de vous aider à mieux guérir. Enfin, vous devez éviter de pratiquer des activités sportives intenses qui pourraient aggraver l’état du genou.

Les conséquences de l’anorexie sur la vue

La cécité est une perte complète de la vue. Elle survient normalement après 70 à 80 ans de vie pour un homme bien portant. Cependant, il peut arriver que plusieurs phénomènes en soient à l’origine et provoquent ainsi son apparition précoce. Toutefois avant d’aboutir à la cécité, certaines maladies conduisent à des troubles de la vue comme l’anorexie mentale. Si ces troubles n’interviennent pas durant la maladie, elles peuvent néanmoins se manifester même si la personne est guérie. La vision est ainsi totalement ou partiellement déformée.

L’anorexie, un problème mental.

Cette maladie est d’abord un problème psychologique. Il s’agit d’un dérèglement du comportement. Son nom complet est anorexie mentale. C’est donc une maladie mentale qui se traduit le plus souvent par un amaigrissement excessif. Les personnes atteintes de ce mal ont en fait une peur bleue de prendre du poids. Ce qui entraîne une diminution vertigineuse de la prise des repas et parfois une grève sévère de la faim. Mais de manière usuelle, seul le nom réduit est couramment utilisé. Ce terme est cependant faux car en réalité l’anorexie ne signifie que la perte d’appétit rencontrée dans certaines maladies. Elle commence le plus souvent à l’âge d’adolescence. Dans la plupart des cas, cette maladie est beaucoup plus rencontrée chez les adolescentes. En effet, l’effectif des jeunes hommes anorexiques reste insignifiant. Les causes de ce désordre psychologique sont diverses et essentiellement mentales.

Le quotidien des personnes anorexiques.

Les individus atteints d’anorexie mentale ont une vision déformée de leur corps. Il ne s’agit pas dans le cas présent d’un problème visuel à proprement parler. Mais un tour rapide sur le site  urps5962ml.fr pour se procurer des lunettes loupes de valeur les aiderait à voir plus clair. En effet, Ils se voient plus gros qu’ils ne le sont vraiment. Même s’ils ne sont pas en réalité des personnes grasses, dans le miroir elles se voient comme telles. Le résultat est qu’elles peuvent passer des heures à se contempler dans la glace et effectuent leur pesée plusieurs fois par jour. Le fait de s’affamer n’est pas sans conséquences sur l’organisme. Outre la perte de poids exagérée, s’ajoute des carences alimentaires et un dysfonctionnement général du corps entier. Les complications de cette maladie vont de la dystrophie cérébrale au suicide. De même, sur la plateforme des solutions efficaces sont proposées pour venir à bout de ce genre de dépression. Parfois, certains anorexiques guéris peuvent succomber bien plus tard des effets de la maladie. Ces derniers meurent souvent de crise cardiaque. Parmi d’autres conséquences de cette affection se trouvent les troubles visuels. La vision devient en effet floue ou alors très instable. Il est donc important et urgent de se procurer des montures de qualités. C’est ce que propose ce site, il y aune gamme variée de lunettes loupes conçue spécialement pour corriger toutes sortes de difficultés oculaires.